Vous êtes ici : Armes et armements > U.R.S.S. > Mikoyan-Gourevitch MiG-3

Chasseurs

Mikoyan-Gourevitch MiG-3

Le MiG-3 fut l'oeuvre de deux ingénieurs aéronautiques talentueux, Artem Mikoyan et Mikhaïl Gourevitch, qui commencèrent à travailler ensemble en 1939-1940. Cette collaboration débuta sous les auspices du célèbre ingénieur russe Nikolaï Polikarpov. Travaillant sous sa direction, jusqu'à ce que celui-ci se consacre à d'autres travaux, les deux hommes étudièrent plusieurs projets. Parmi ceux-ci, le chasseur-monomoteur I-200, équipé d'un moteur en ligne Mikouline AM-35. En concurrence avec le bureau d'études de Yakovlev, le I-200 fit son premier vol le 5 avril 1940 et entra aussitôt en production sous la désignation de MiG-1. Une centaine d'exemplaires furent construits. Mais, le MiG-1 n'était pas une réussite. C'était un appareil difficile à manier et il disposait d'un armement insuffisant. La poursuite du développement du MiG-1 conduisit au MiG-3. Produit en série, cet appareil fut engagé à grande échelle lors de l'invasion de l'URSS par les Allemands, en 1941. À cause de ses performances limitées, le MiG-3 ne pouvait faire le poids face aux chasseurs allemands. En effet, il souffrait de nombreux défauts. Ses qualités de vol étaient médiocres et sa puissance feu insuffisante. La production cessa en 1942. Au total, environ 3420 exemplaires des types MiG-1 et MiG-3 furent produits. Le MiG-3 resta en service au sein de plusieurs unités jusqu'au printemps 1943. Malgré tous les efforts fournis pour résoudre ses défauts, il fut remplacé par de meilleurs chasseurs issus d'autres bureaux d'études.

// Profils couleur

Mikoyan-Gourevitch MiG-1
Mikoyan-Gourevitch MiG-3

// Spécifications techniques

Mikoyan-Gourevitch MiG-3 (1941)
Envergure 10,20 m
Longueur 8,26 m
Équipage 1 pilote
Poids en charge 3 345 kg
Motorisation 1 Mikouline AM-35A à pistons en ligne de 1200-1350 ch.
Vitesse maximale 640 km/h à 7800 m
Rayon d'action 820 km
Plafond pratique 12 000 m
Armement 1 mitrailleuse de 12,7 mm et 2 de 7,62 mm fixes frontales dans le fuselage